Enseigne de Vaisseau HENRY

Bienvenue sur mon blog concernant l'Aviso-Escorteur EV HENRY

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 7 décembre 2008
Archive pour le 7 décembre, 2008


Programme d’Activité du 02 Janvier au 15 Février 1966

7 décembre, 2008
Voyage | Pas de réponses »

Voici le programme d’activité concernant la période du 02 Janvier 1966 au 15 Février 1966

activit01.jpg

440pxrapa.jpg

Rapa (parfois nommée Rapa Iti, la « petite » pour la distinguer de Rapa Nui, l’île de Pâques, la « grande ») est une île située dans l’archipel des Australes en Polynésie française.
L’île fut découverte en 1791 par George Vancouver, il l’avait appelée à l’époque Oparo. De nombreuses ruines antiques (« pa » ou « pare », sortes de forts) parsèment l’île, particulièrement sur les crêtes et les endroits escarpés ; de telles ruines peuvent également être aperçues sur les plus gros îlots de Marotiri. Thor Heyerdahl, notamment, y fit des fouilles, cherchant des liens entre les deux Rapa.
L’île de Rapa a une superficie d’environ 40 km2 et est composée d’un ancien volcan, le mont Perau, haut de 650 m, dont l’un des pans s’est effondré et dont l’océan a rempli le cratère. Les dix îlots rocheux de Marotiri, à 70 km à l’est-sud-est de Rapa, constituent les points de terre les plus méridionaux de Polynésie française.
C’est l’île habitée la plus au sud des Australes et la plus isolée, étant distante de 500 km de la plus proche île habitée, Raivavae, et de plus de 1 420 km de Tahiti.
L’île ne possède aucune piste d’atterrissage et est reliée aux autres îles par un cargo tous les deux ou trois mois.
L’île est le chef-lieu de la commune de Rapa. Ahurei (370 hab), le principal village de l’île, est situé au bord du cratère immergé. 497 personnes habitaient l’île en 2002. L’autre village se nomme Area (127 hab).

rapa011.jpg

rapa021.jpg

 

 
 

carte1.jpg

 

Moruroa

L’atoll du grand secret

Moruroa, dont le nom signifie « grand secret » ou « grand filet de pêche »(en mangarevien « moru » signifie filet ou secret, et « roa » grand), désigne soit une île lointaine, soit une île ayant la forme d’une grande nasse de pêche.
Cet atoll d’origine volcanique de 28 km de long d’est en ouest sur 11 km de large du nord au sud comporte une couronne récifale de plus de 65 km de long ayant deux passes au nord-ouest dont une seule est navigable. Il est situé à 4.750 km d’Auckland, 6.900 km de Sydney, 6.560 km de Los Angeles, 6.600 km de Lima, 6.720 km de Santiago du Chili et 1.250 km de Papeete.
L’île fut découverte en 1792 par les hommes d’un baleinier américain, le Matilda, qui se brisa sur ses récifs. Elle devint terre domaniale polynésienne en 1881 et son exploitation (lagon et cocoteraie) fut confiée à différents fermiers jusqu’aux années 1960. Elle fut habitée sporadiquement par quelques ouvriers travaillant à la récolte du coprah ou de la nacre.
En 1962, compte tenu de son éloignement des atolls habités et de l’existence des passes navigables, l’atoll, improprement baptisé Mururoa par les militaires, fut retenu comme futur site de tir du Centre d’Expérimentations du Pacifique. L’Assemblée Territoriale de la Polynésie Française cèda en février 1964 les deux atolls de Moruroa et Fangataufa à l’État Français à charge par lui d’indemniser le dernier fermier en ayant la concession.
Les soldats du Génie y construisirent dès lors les infrastructures nécessaires, dont un aérodrome, des routes, des blockhaus, des logements, etc… et baptisèrent chaque partie de l’île par un prénom féminin, un nom d’oiseau ou de fleur.
Dans le prolongement de la piste d’atterrissage vers le sud se trouvent les infrastructures de la base.
Le 2 juillet 1966 eut lieu le premier tir. Jusqu’en 1975, les tirs furent aériens (sous ballon), 36 sur Moruroa et 5 sur Fangataufa distant de 45 km vers le sud. Ils devinrent ensuite souterrains. Les explosions eurent lieu au fond de puits creusés en offshore dans la couche basaltique de l’atoll, au début à l’extérieur du lagon, puis à partir de 1981 au centre du lagon. Les charges explosaient ainsi à 1.200 m de profondeur. En 1992, on prononça la suspension des essais, mais une dernière campagne fut tirée qui s’acheva en 1996. Il y eut en tout 142 essais souterrains à Moruroa et 10 à Fangataufa, soit un total général de 193 tirs.
Depuis lors, l’Armée a procédé au démantèlement de Moruroa, replanté des cocotiers, et il n’y reste plus que quelques militaires pour surveiller le fonctionnement du système automatique d’analyse géologique et de radioactivité.
Les atolls de Moruroa et Fangataufa ainsi que leurs constructions sont retournés dans le giron du Territoire.

13.jpg

121.jpg

photoariennemururoa.jpg

Vue Aérienne de MURUROA

7j20150.jpg

7j20170.jpg

7j20160.jpg

Le Petit Prince autour du M... |
Nous à Vancouver |
Le Pépito Tour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tours Circuit Excursion Aga...
| Mag et Olive chez Dadou
| DE L'AUSTRALIE AU JAPON ......