Enseigne de Vaisseau HENRY

Bienvenue sur mon blog concernant l'Aviso-Escorteur EV HENRY

  • Accueil
  • > Voyage
  • > Programme d’Activité du 10 Juin au 04 Juillet 1967
6
jan 2009
Programme d’Activité du 10 Juin au 04 Juillet 1967
Posté dans Voyage par pberthe à 3:16 | 1 réponse »

Programme d’activité du 10 Juin 1967 au 04 Juillet 1967 concernant la 7ème explosion (ANTARES) et la 8ème explosion (ARCTURUS)

09activitdu10061967au04071967.jpg

programme011.jpg

Le Centre d’Expérimentation du Pacifique est crée le 21 Septembre 1962 : 181 essais dont 41 aériens, 140 souterrains sur 2 atolls distants de 40 km  basaltique surmonté de 200 à 400 m de roches calcaires produites par l’accumulation des coraux, inhabités depuis 1906. Mururoa (périmètre de 60 km, largeur de 400 à 1100m), 167 essais. Fangataufa (anneau fermé de 300m de largeur, 14 essais. A 1200 km de Tahiti, 4750 km de la Nouvelle-Zélande, 6600 km de Lima(Pérou), 6720 km de Santiago (Chili), 6900 km de Sydney(Australie). Les essais aériens en Polynésie ont fait intervenir plusieurs techniques : – les essais sur barge
- les essais sous ballons captifs
- les largages à partir d’avions qui permettent de reproduire les conditions réelles de façon assez proche.
- les essais de sécurité afin de vérifier que les bombes n’explosent pas tant qu’elles ne sont pas amorcées.En principe, ces essais ne provoquent pas d’explosion.
Au total, 46 essais nucléaires aériens ont été réalisés en Polynésie.

 

La force Alpha (1966-1968)

leporteavionfoch.jpg

En 1964- 1966, la Marine nationale française mobilise plus de 100 bâtiments pour la construction des installations du le Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) en Polynésie française, comprenant un QG à Papeete, la BA 185 avancée à Hao (460 km au nord-ouest de Moruroa), le polygone de tir atomique de Moruroa et le polygone de tir atomique de Fangataufa. A l’été 1965, la Marine nationale française créée le Groupe aéronaval du Pacifique (dit groupe Alpha puis force Alpha) de plus de 3 500 hommes, comprenant sept bâtiments (les escorteurs d’escadre Forbin, La Bourdonnais et Jauréguiberry, les pétrolier La Seine et Aberwrach, le bâtiment de soutien Rhin) dont le porte-avions Foch. La force Alpha appareille le 23 mars 1966 de Toulon et aborde la Polynésie française le 22 mai 1966 afin de superviser les essais atmosphériques no 18 « Aldébaran », no 19 « Tamouré », no 20 « Ganymède » et no 21 « Bételgeuse ». Durant la traversée, la France quitte le commandement intégré de l’OTAN. Le groupe aérien embarqué du Foch comprend 24 avions (12 avions de guêt aérien Alizé, 8 avions d’assaut Étendard IV-M et 4 avions de reconnaissance Étendard IV-P) et 22 hélicoptères (10 S-58, 6 Alouette II et 6 Alouette III) et est chargé de surveiller et sécuriser la zone dite « dangereuse » (dispositif Phoebus). Après que soient repérés à plusieurs reprises dans la zone d’exclusion le bâtiment de recherches scientifiques USS Belmont et le navire de contrôle de missiles et d’engins spatiaux USS Richfield, un sous-marin de nationalité inconnue et un avion ravitailleur (vraisemblablement d’observation et de recueil de prélèvements atomiques) KC-135 de l’US Air Force no 9164, le 19 juillet 1966 à 5h05, un Mirage IV no 9 largue sa bombe A AN-21 à chute libre no 2070 au large de Moruroa. Après deux autres tirs le 24 septembre 1966 et le 4 octobre 1966, la force Alpha quitte la Polynésie française le 2 novembre 1966. La seconde Force Alfa quitte Toulon le 12 mars 1968 pour arriver en Polynésie française le 16 mai. Elle comprend le porte-avions Clemenceau et les avisos-escorteurs Commandant Rivière, Protet, Amiral Charner, Doudart de Lagrée et Enseigne de vaisseau Henry. Quant au groupe aérien, il est composé d’Alizé, d’Étendard IV-M et d’hélicoptères S-58, Alouette II, Alouette III et Super Frelon. Le 24 août 1968, l’essai no 30 « Canopus » d’une Bombe H, exécuté à Fangataufa, libère 2,6 mégatonnes. Plusieurs bâtiments américains et quelques chalutiers soviétiques sont aperçus lors de la campagne de tir. Avec la venue de la Force Alfa, l’ensemble du dispositif naval présent autour des deux atolls a représenté plus de 40 % du tonnage de la flotte française, soit 120 000 tonnes.

Fangataufa est un atoll situé dans l’archipel des Tuamotu en Polynésie française. Celui-ci a servi, comme un autre site du Pacifique, l’atoll de Moruroa distant de 45 kilomètres, de terrain d’expérimentation pour les bombes nucléaires françaises.Cette île découverte en 1826 par le capitaine britannique Frederick William Beechey, a été rattaché à la Polynésie Française en 1881. Occupée épisodiquement durant le XXe siècle, l’Assemblée territoriale la cède en 1964 à l’État français alors à la recherche de site destiné à prendre la succession de Reggane dans le Sahara algérien.Le 4 août 1947, l’équipage du Kon-Tiki touche terre dans cet atoll.Cinq explosions nucléaires aériennes y ont été effectuées entre 1966 et 1970 dont le 24 août 1968, le premier essai français de bombe H (opération Canopus), et 10 explosions souterraines.L’île aujourd’hui inhabitée par l’homme fait l’objet, depuis 1998, d’une surveillance radiologique avec une campagne annuelle de prélèvements d’échantillons dans l’environnement menées par des personnels de la Défense, du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et de Polynésiens.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

Une réponse:

  1. Vacheron Jean-pierre écrit:

    je possède des photos du depart du bateau en 1967 dans ie port dePapeete

Laisser un commentaire

Le Petit Prince autour du M... |
Nous à Vancouver |
Le Pépito Tour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tours Circuit Excursion Aga...
| Mag et Olive chez Dadou
| DE L'AUSTRALIE AU JAPON ......